À quel moment dois-je penser à quitter le statut d’auto-entrepreneur ?

À quel moment dois-je penser à quitter le statut d’auto-entrepreneur ?

Le statut d’auto-entrepreneur ne permet pas de réaliser autant de chiffre d’affaires que l’on pourrait souhaiter, compte tenu des plafonds d’encaissements.

Lorsque l’activité se développe, il est opportun de s’interroger afin de s’assurer que le statut d’auto-entrepreneur est bien adapté à la situation présente. Pour cela, plusieurs questions doivent être posées :

Nature des clients

Si la majorité des clients est composée de professionnels, eux-mêmes assujettis à la TVA. Dans ce cas, le fait de ne pas leur facturer la TVA, ne constitue pas un avantage concurrentiel, dans la mesure où la TVA qu’ils paient sur leurs factures leur est remboursée par l’administration fiscale.

Montant du chiffre d’affaires prévisionnel

Prévoir son chiffre d’affaires, quand cela est possible, est utile afin de s’assurer que le statut d’auto entrepreneur est possible, mais il s’agit surtout de vérifier que le poids des charges sociales ne sera pas trop fort.

En effet, dans le statut d’auto-entrepreneur, les prélèvements sociaux sont calculés à partir du chiffre d’affaires et non de la rémunération que je souhaite prendre en provenance de mon activité professionnelle.

Si le chiffre d’affaires prévu se rapproche des plafonds autorisés, le poids des charges risque d’être plus important que celui supporté en EURL ou EIRL par exemple.

Structure des coûts de l’entreprise

Si la structure des coûts de l’entreprise évolue (exemple : faire appel à des sous-traitants, devoir engager de fortes dépenses commerciales de type site internet marchand, publicité, etc.), il convient de vérifier qu’il est toujours intéressant de se voir taxé (charges sociales et impôt sur le revenu) sur le chiffre d’affaires et non sur le seul bénéfice (impôt) ou la rémunération perçue (charges sociales et impôt sur le revenu). De plus, ce sera l’occasion de faire le point sur la TVA à se faire rembourser par l’administration, si les dépenses de l’entreprise augmentent.

Visibilité commerciale

En fonction du développement de l’auto-entreprise et surtout des perspectives, l’entrepreneur vérifiera que le maintien du statut auto-entrepreneur est bien cohérent avec l’image qu’il souhaite offrir au marché.

N’oublions pas que se présenter en qualité d’auto-entrepreneur revient à communiquer le chiffre d’affaires maximum que l’on s’attend à réaliser dans son activité !

Dans certaines situations, ce n’est pas toujours très « vendeur ».

Idéalement tout auto-entrepreneur doit s’assurer régulièrement que son statut juridique est bien adapté à l’évolution de son activité professionnelle, notamment sur les points suivants :

  • Volume prévisionnel d'activité
  • Typologie de ses clients (soumis ou pas à la TVA)
  • Visibilité commerciale nécessaire (sauf cas de clientèle captive et sans risque)
  • Structure des coûts de l'entreprise (pour vérifier que l'entrepreneur paie le minima de charges et d'impôt)

N’oublions pas que d’ici le printemps, un statut unique de l’entrepreneur individuel devrait être voté, qui devrait reprendre pour les petites activités des éléments communs aux auto-entrepreneurs d’ aujourd’hui.

Nous contacter

Vous voulez en savoir plus sur nos prestations ? Contactez nous, nous reviendrons vers vous très rapidement.

Nous contacter