TAG : Transmission d'entreprise

  •  

    Préface de Bruno LE MAIRE, ministre de l’Économie et des Finances

    « Lancer son entreprise est toujours une aventure. Non seulement en raison des risques que tout projet entrepreneurial comporte. Mais aussi parce qu’un entrepreneur doit faire face à des obligations multiples, à des règles complexes. Pour celui qui voudrait se lancer, ce maquis de règles et de démarches peut être intimidant, et même décourageant.

    Pourtant, nous avons besoin de l’énergie que les entrepreneurs apportent à notre économie. Nous devons les aider à concrétiser leur projet, les inciter à se lancer, en les guidant dans la création de leur entreprise. C’est tout le but ...

    En savoir plus
  • À propos de cet événement

    Description des principaux éléments à étudier pour définir le statut juridique, fiscal et social de votre entreprise selon votre profil.

    Avantages et inconvénients de chacun des statuts au lancement et au cours de la vie de votre entreprise.

    Quels sont les droits et devoirs du chef d’entreprise en fonction de chaque statut.

    Les pièges à éviter (mélange du patrimoine personnel et professionnel, assurance, retraite…)

    Point sur les évolutions législatives en cours.

    Questions – réponses.

    La conférence est animée par Frédéric TURBAT, expert-comptable, spécialiste de la création d’entreprise.

    Le livre « Créer son entreprise, un expert-comptable répond à 130 questions pratiques. », écrit par Frédéric TURBAT et ...

    En savoir plus sur la conférence
  • Reprise d'entreprise : 50 clés pour réussir - Frédéric Turbat
    Résumé

    La reprise d’entreprise n’est pas uniquement une question de chiffres et de méthodes d’évaluations. En 50 questions pratiques, avec une approche très nouvelle, l’auteur donne les outils nécessaires pour réussir cette transaction, tant sur les aspects courants (évaluation, montage juridique, fiscalité, etc.) que sur la dynamique humaine (management, conduite du changement).

    Frédéric Turbat, ancien de PriceWaterhouseCoopers et Mazars, est expert-comptable et commissaire aux comptes. Responsables d’un cabinet de quinze personnes et d’une société de formation professionnelle, il anime régulièrement des conférences et des séminaires destinés à des créateurs et repreneurs d’entreprises. Il est l’auteur aux Éditions Privat de Créateurs d’entreprise, lancez-vous !

    Sur ...

    En savoir plus
  • omment calculer les dividendes d'une société

    Depuis le 1er janvier 2019, l’impôt sur le revenu est prélevé directement sur les revenus salariaux, les revenus indépendants ou agriculteurs, des revenus des retraités et de remplacement ou revenus fonciers.

    La Maison de l’Entrepreneur vous explique les quelques changements liés à cette réforme puis comment les créateurs d’entreprise peuvent bénéficier d’avantages fiscaux grâce au prélèvement à la source.

    Voir la vidéo
  • Comment immatriculer une sarl ou sas

    Le choix du statut juridique de son entreprise fait partie d’une étape primordiale de la création d’entreprise.

    La SAS (société à action simplifiée) et la SARL (société à responsabilité limité) sont les statuts juridiques les plus sujets au débat et à l’hésitation de la part des entrepreneurs.

    Le fondateur de la Maison de l’Entrepreneur, monsieur Frédéric TURBAT nous explique les éléments différenciant de ces deux statuts, les avantages et inconvénients de chacun ainsi que leurs caractéristiques.

    Enfin, monsieur TURBAT vous listera quelques questions à vous poser afin de faire le choix du statut juridique qui correspond au mieux à votre situation.

    Voir la vidéo
  • Maison de l'entrepreneur - Conférences gratuites

    La Maison de l’Entrepreneur vous propose diverses offres en partenariats avec ses partenaires Force femmes, SeDomicilier.fr et Manager.One .

    Force femmes

    Force femmes est une association créée en 2005 par des femmes chefs d’entreprise. Ce projet est né d’une dynamique collective de solidarité de femmes qui ont désiré s’engager personnellement sur le thème de l’emploi.

    Les bénévoles de Force Femmes mettent leur savoir et leur expérience au profit de chaque femme de plus de 45 ans qui sollicitent l’association afin d’être accompagnée dans leur projet entrepreneurial.

    En savoir plus sur www.forcefemmes.com

    SeDomicilier.fr

    SeDomicilier.fr est une véritable ...

    En savoir plus sur la ressource
  • A quoi s'attendre la première année ?
    Maîtriser les échéances fiscales, sociales et juridiques, disposer d’une boite à outils permettant d’émettre des factures, de gérer ses frais et de suivre son organisation administrative les outils de gestion quotidienne de son activité l’optimisation de la rémunération la maîtrise sur les modes de rémunération la protection sociale du dirigeant les coûts obligatoires les coûts fiscaux et sociaux la gestion financière et comptable
    En savoir plus sur la formation
  • Formation à la gestion d'entreprise
    Apprendre à gérer sa comptabilité Apprendre à saisir les opérations comptables courantes Paramétrer son dossier comptable
    En savoir plus sur la formation
  • Toute reprise d’entreprise constitue l’aboutissement d’un processus assez exaltant, mené par le repreneur et son entourage et consacre le début d’une nouvelle vie, souvent très différente de la précédente, tant sur le plan professionnel que personnel.

    Un projet de cette ampleur doit être mené en étant conscient des risques pris et à prendre pour le repreneur. L’objet de ce livre blanc n’est pas de se faire peur et de faire fuir tout prétendant à une reprise d’entreprise !

    Bien au contraire, notre expérience nous montre que les aspects financiers (évaluation, audit d’acquisition,…) et juridiques (garanties de passif, audit des contrats, etc.) constituent ...

    En savoir plus
  • Quel est l'objectif du Business Plan ?
    Les clés pour choisir : Dividendes ou rémunération ? Comment se rémunérer ? Quelles sont les incidences de la rémunération sur le résultat de la société, les charges sociales et la fiscalité personnelle ? Comment optimiser sa rémunération ?

    Voici quelques-unes des questions que nous aborderons durant cette conférence afin d’identifier ce qui peut se faire, ce qui doit se faire… et ce qui n’est pas possible !

    En savoir plus sur la conférence
  • pack entrepreneur
    Les outils de gestion quotidienne de son activité L’optimisation de la rémunération La maîtrise sur les modes de rémunération La protection sociale du dirigeant Les coûts obligatoires Les coûts fiscaux et sociaux La gestion financière et comptable
    En savoir plus sur la formation
  • A quoi penser avant de s'immatriculer ?
    Quel impact a le choix du statut juridique sur le statut fiscal ? Quel arbitrage entre impôt sur le revenu et impôt sur les sociétés ? Et les dividendes ?

    Un échange de questions-réponses avec l’animateur Frédéric Turbat, expert-comptable et fondateur de La Maison de l’Entrepreneur, vous permettra ensuite d’obtenir des réponses concrètes adaptées à votre cas personnel.

    En savoir plus sur la conférence
  • Ressources
    Faciliter la cession et la reprise

    Avant de se lancer dans une opération de vente de sa société, il convient souvent de faire un état des lieux de ce qui doit être (le cas échéant) modifié, afin de faciliter la cession et l’entrée d’un repreneur.

    Il est également question de la valoriser, en retenant une approche cohérente avec la société, le marché, le timing du cédant, etc.

    De même, la fiscalité et le montage à retenir avant de céder son entreprise font partie des sujets à aborder en les anticipant.

    Nous pouvons évoquer ces sujets au cours d’une première rencontre (premier RV gratuit).

    Ces ...

    En savoir plus sur la ressource
  • Comment bien évaluer une entreprise pour la vendre … ou l’acheter

    Avant de vendre ou d’acheter une entreprise il est nécessaire de bien connaître la valeur du bien pour réussir sa transmission ou sa reprise d’entreprise.

    Maîtrisez les différentes méthodes pour une évaluation réussie tant pour les repreneurs que pour les cédants !

    En savoir plus sur la conférence
  • Connaissance théoriques de la structure du Business Plan Compte de résultat prévisionnel Hypothèses d’établissement Trésorerie prévisionnelle Le calendrier fiscal
    En savoir plus sur la formation
  • Se préparer à la reprise
    Des experts pour répondre à vos interrogations

    Les experts de la Maison de l’Entrepreneur peuvent vous recevoir pour un premier entretien afin de répondre à vos questions et envisager une éventuelle collaboration.

    Ces rencontres durent environs 30 à 40 minutes et permettent le plus souvent de traiter un assez grand nombre de sujets.

    Les experts de la Maison de l’Entrepreneur sont susceptibles de répondre à des problématiques précises sur des projets de création ou de reprise d’entreprises, déjà bien avancé de votre côté.

    Contactez-nous, en nous exposant les principales questions ou sujets sur lesquels vous souhaiteriez recueillir nos conseils et notre approche.

    Nous vous recontacterons ...

    En savoir plus sur la ressource
  • Comprendre les notes de frais Comment classer et organiser ses documents Le cahier de déclarations fiscales Les obligations comptables
    En savoir plus sur la formation
  • Statut fiscal et social du dirigeant
    Contactez nous Nom Email Question* Champs requis En utilisant ce formulaire, j'accepte la transmission et la conservation de ces données Je m'abonne à la newsletter

    En savoir plus sur la ressource
  • Le centre de gestion agréé est un organisme indépendant géré par des experts-comptables dont le rôle est surtout de valider la cohérence des déclarations fiscales professionnelles des travailleurs indépendants (activité exercée sous forme d’entreprise individuelle) et des sociétés dont les résultats sont soumis à l’impôt sur le revenu.

    Ces contrôles de cohérence, qu’ils effectuent sur les déclarations professionnelles, permettent à leurs adhérents de ne pas être imposés sur 125 % du bénéfice réalisé. La plupart du temps, ils proposent également de tenir la comptabilité de leurs adhérents.

    Inutile pour ceux qui sont soumis à l’impôt sur les sociétés.

    Les entrepreneurs travaillant sous forme d’une société commerciale soumise à l’impôt sur ...

    Voir la réponse
  • A quoi penser avant de s'immatriculer ?

    A l’occasion de la 40ème édition pour les conférences mensuelles gratuites, la Maison de l’Entrepreneur organise une conférence spéciale : nous répondons à toutes les questions sur trois thématiques !

    Lors de la conférence, l’intervenant Fréderic TURBAT, expert-comptable et fondateur de la Maison de l’Entrepreneur répondra en direct à toutes les questions sur les thèmes suivants :

    Thème Juridique : statuts, protection du patrimoine, etc. Thème Fiscal : dépenses déductibles, frais, etc. Thème Social : quelles protections sociales ? Coût ? RSI ?

    Vous pouvez préalablement poser votre question en remplissant le formulaire d’inscription.

    En savoir plus sur la conférence
  • A quoi penser avant de s'immatriculer ?
    Comment protéger le patrimoine de l’entreprise ? Comment choisir la forme juridique d’une entreprise ? Quelle est le meilleur statut pour une entreprise ? Qu’est ce qui change en 2018 ? Conseils pratiques Questions – Réponses
    En savoir plus sur la conférence
  • Formation à la création d'entreprise : Pôle Emploi & Entrepreneuriat
  • Le crédit d'impôt formation 2018

    Lorsque l’on pense création d’entreprise, il est souvent fait référence à la profession d’expert-comptable, sans que soit toujours précisé le rôle que celui-ci peut exercer dans l’accompagnement de l’entrepreneur. Tout d’abord, précisons que l’expert-comptable est un professionnel inscrit auprès d’un ordre, et que sa profession est régie par une ordonnance et des règles strictes.

    On distingue trois volets dans la mission qu’un expert-comptable peut remplir auprès d’un entrepreneur :

    Assistant à la création d’entreprise Traitement des éléments comptables, fiscaux, sociaux et juridiques Conseil Assistance à la création d’entreprise

    Il peut être utile de consulter un expert-comptable afin de recevoir ses conseils et orientations concernant leVoir la réponse

  • Le statut d’auto-entrepreneur ne permet pas de réaliser autant de chiffre d’affaires que l’on pourrait souhaiter, compte tenu des plafonds d’encaissements.

    Lorsque l’activité se développe, il est opportun de s’interroger afin de s’assurer que le statut d’auto-entrepreneur est bien adapté à la situation présente. Pour cela, plusieurs questions doivent être posées :

    Nature des clients

    Si la majorité des clients est composée de professionnels, eux-mêmes assujettis à la TVA. Dans ce cas, le fait de ne pas leur facturer la TVA, ne constitue pas un avantage concurrentiel, dans la mesure où la TVA qu’ils paient sur leurs factures leur est remboursée par l’administration fiscale.

    Montant du chiffre ...
    Voir la réponse
  • Que se passe-t-il pendant les 12 premiers mois de vie de l’entreprise ? C’est une question essentielle pour appréhender sans risque les premières échéances de l’entreprise. La situation est différente selon le statut social du dirigeant de l’entreprise et du statut fiscal de l’entreprise.

    Eléments fiscaux

    La première année (pour une date de clôture au 31 décembre), pour les entreprises selon le régime simplifié (cas de la plupart des entreprises au cours de leurs premières années d’activité), une déclaration de TVA trimestrielle est à produire, aux dates suivantes : 15 avril, 15 juillet, 15 septembre et 15 décembre. La TVA à déclarer est un acompte, en vertu des propres calculs ...

    Voir la réponse
  • Bénéficier des avantages SAS et SARL

    Un entrepreneur peut souhaiter constituer une SAS pour des questions d’image, ou parce qu’à terme un investisseur fera son entrée au capital, tout en souhaitant bénéficier du régime des travailleurs non salariés. Or, ce régime est le statut adopté par les gérants majoritaires de SARL.

    De même, des associés dans une même société peuvent avoir des intérêts divergents en matière de rémunération (quant au montant ou à la nature), de poids des charges sociales, etc.

    Prenons l’exemple de deux associés dont l’un souhaite une rémunération de gérance faible (parce qu’il a d’autres revenus par ailleurs) et l’autre a des besoins financiers plus importants. Le premier sera intéressée par l’optimisation ...

    Voir la réponse
  • L’intérêt de constituer une SAS pendant la période où je suis accompagné par le Pôle Emploi consiste à limiter les dépenses et ainsi me permette d’alléger le coût de démarrage de mon entreprise. En Société par Actions Simplifiée (SAS), le principe suivant s’applique :

    PAS DE REMUNERATION = PAS DE CHARGES SOCIALES !

     

    La couverture maladie et la retraite sont acquis par l’accompagnement par le Pôle Emploi. Toutefois, je ne peux pas cotiser dans le cadre de mon entreprise à de la retraite par capitalisation. En effet, j’ai le droit de faire payer par ma société des cotisations complémentaires de retraite (appelées cotisations Article 83) si et seulement si j’ai au ...

    Voir la réponse
  • statuts juridique et charges sociales

    Dans le processus déclaratif qui s’impose aux gérants de SARL, il y a un fort décalage entre le moment où l’entrepreneur perçoit sa rémunération et le paiement de ses charges sociales. Ce décalage peut aller jusqu’à une année.

    La première année où l’entrepreneur perçoit sa rémunération, il se passe les événements suivants  :

    Paiement de cotisations sur la base de la rémunération de l’année précédente, donc évaluées sur la base d’un forfait, ou éventuellement nulles. Perception d’une rémunération.

    Ainsi, lorsque l’entrepreneur touche sa rémunération, il acquitte les charges sociales évaluées sur une rémunération surement plus basse. Les organismes sociaux vont donc lui envoyer en fin d’année suivante un rappel de charges sociales.

    Ce ...

    Voir la réponse
  • ma société dépose le bilan
    Quand dépose-t-on le bilan ?

    La loi prévoit que l’on arrête son activité si les dettes sont supérieures aux actifs (créances clients à se faire payer, solde des comptes bancaires, etc.). Si un entrepreneur est dans cette situation, il doit contacter le tribunal de commerce pour l’en informer et bénéficier de son aide. Le tribunal nomme un administrateur judiciaire chargé d’évaluer les possibilités de redressement et de prendre en main la société.

    Que se passe-t-il ?

    S’il s’avère qu’il semble impossible de redresser la société, le tribunal ordonne immédiatement la liquidation judiciaire, et un mandataire judiciaire (liquidateur) est chargé de réaliser ces opérations (rupture des contrats, paiement ...

    Voir la réponse
  • Dissoudre la société

    Arrêter une activité exercée sous forme de société commerciale suppose de prendre des décisions juridiques. Soit l’entrepreneur décide de mettre en sommeil la société, soit il la dissout pour arrêter définitivement l’exercice de sa profession sous cette forme.

    La mise en sommeil requiert uniquement une assemblée générale extraordinaire ; sans que la société soit dissoute, elle est réputée inactive.

    La dissolution de la structure juridique est plus radicale ; la procédure comporte deux grandes étapes :

    Dissolution de la société

    L’activité s’arrête et la société clôt les opérations en cours.

    Pour qu’une société soit déclarée en dissolution, un procès-verbal d’assemblée générale extraordinaire est requis. Cette dernière nomme le liquidateur, qui est chargé de ...

    Voir la réponse
  • 10 astuces pour améliorer la visibilité de son entreprise

    Pour beaucoup d’entrepreneurs, la recherche des premiers clients représente un défi de taille et communiquer efficacement est donc essentiel. Plusieurs solutions existent pour accroître la visibilité d’une start-up à moindre coût. En voici quelques-unes.

    1.     Créer un site internet bien référencé

    Ça peut paraître évident, mais trop d’entrepreneurs passent encore à côté de la création d’un bon site web. Même dans le cadre d’une petite activité pour laquelle vous trouverez principalement vos clients par le biais du bouche-à-oreille, un site web de qualité est essentiel, car il sera un élément de réassurance pour vos prospects.

    Vous en avez déjà sûrement fait l’expérience par ...

    Voir la réponse
  • Comment déménager sa société

    La loi exige que la société soit domiciliée quelque part. Il est d’usage d’utiliser son domicile personnel en tant que siège social pour une création de société qui ne nécessite pas d’employer des locaux indépendants.

    Pour faire déménager une société, la procédure est simple, mais nécessite tout de même de respecter quelques étapes juridiques indispensables.

    Dans les statuts, il est généralement prévu que le gérant peut seul décider de modifier le siège social, sans recours à l’assemblée générale et aux modifications statutaires s’il s’agit de déménager le siège social dans le même département ou dans un département limitrophe. Dans ce cas, il suffit de compléter le formulaire M2 et de le ...

    Voir la réponse
  • 2ème partie de notre article sur les astuces liées à la visibilité de votre société

    Pour attirer des clients et se faire connaître, plusieurs moyens peu onéreux sont à la disposition des entrepreneurs. Voici 10 astuces utiles pour faire parler de vous et de votre start up :

    Consultez ici les astuces 1 à 5

    6.     Publier une newsletter

    Vous avez un réseau et un blog passionnant, il est donc temps pour vous de rédiger une newsletter. Définissez un rythme d’envoi et surtout un but à votre newsletter : doit-elle vous servir à vendre, à augmenter la visibilité de votre site ou les deux ? Le contenu ...

    Voir la réponse
  •  

     

    L’étude de marché est un point essentiel de la création d’entreprise. Elle sert à identifier les opportunités et les problèmes existants afin d’adapter son offre à la demande.

    C’est un outil de grande qualité pour déterminer la viabilité d’un projet. Il permet de confronter l’idée à la réalité. Une bonne étude de marché permet de déterminer qui sont les clients potentiels, quels sont leurs besoins et comment leur faire acheter mes produits/services et non ceux de mes concurrents.

    Les quatre points principaux à considérer au moment de réaliser son étude de marché sont : les caractéristiques du marché, la viabilité, les profits espérés & la concurrence.

    Les caractéristiques du ...
    Voir la réponse
  • trois idées pour optimiser sa newsletter

    À l’heure où nous sommes nombreux à nous sentir spammés au quotidien par les newsletters et autres infolettres d’entreprises, il est essentiel de savoir utiliser cet outil qui, correctement administré, peut provoquer de belles opportunités de croissance en augmentant votre visibilité et vos ventes.

    Voici trois idées qui vous permettront de tirer profit de votre newsletter :

    Cibler les inscrits à la newsletter

    Assurez-vous que votre newsletter est suffisamment ciblée : ne l’envoyez pas à n’importe qui mais à des personnes ayant clairement un attrait pour votre activité.

    Vous pouvez également choisir de diviser vos inscrits en plusieurs sous-groupes, pour leur transmettre une information encore plus ...

    Voir la réponse
  • Gérant ou président

    Pour qu’une société commerciale, de type SARL ou SAS, soit immatriculée au registre du commerce et des sociétés, il est nécessaire qu’elle soit gérée par une personne physique, qui figurera dans les statuts. Exception : dans les sociétés anonymes simplifiées, le président peut être une autre société, elle-même représentée le plus souvent par son gérant ou son président.

    Sans vouloir concurrencer La Palice, toute personne majeure peut être gérante dès l’instant où elle n’en a pas été empêchée, spécialement par une décision de justice. Il est possible que, suite à un dépôt de bilan, le tribunal estime que le gérant, s’il persévère ...

    Voir la réponse
  • Les déclarations de TVA sont à produire – éventuellement accompagnées d’un chèque – tous les mois ou trimestres. Pour l’administration fiscale, « pas de bonne nouvelle » est souvent synonyme de « mauvaise nouvelle ». De plus, le non-dépôt de déclaration fait encourir à la société le risque de devoir payer des amendes calculées en fonction du nombre de pages déclaratives non déposées ! Il est primordial de communiquer avec l’administration en cas de non-paiement de la TVA. Idéalement, il convient de contacter le service des impôts des entreprises et de voir avec lui comment traiter la situation.

    TVA sur les prestations de services

    Pour les activités de prestation ...

    Voir la réponse
  • Puis-je récupérer la TVA sur toutes mes dépenses ?
    Régime simplifié

    De manière assez étonnante, ce régime est surtout simplifié à partir de la deuxième année d’activité. Le principe est voisin de celui régissant le paiement des tiers d’impôt sur le revenu : au cours d’une année, le contribuable paie un acompte d’impôt qui est régularisé une fois la déclaration de revenu traitée par l’administration.

    En matière de TVA, dans le cadre du régime simplifié, c’est la même chose : en année N, l’entrepreneur paie à l’administration fiscale des acomptes de TVA évalués à partir de celle de l’année précédente. En fin d’année, il est procédé à un calcul précis de la TVA qui ...

    Voir la réponse
  • Rémunération & Dividendes
    Les méthodes de calcul couramment utilisées

    Trois méthodes de calcul sont couramment utilisées par les cédants et contrôlées par les conseils des repreneurs !

    Le point de départ est toujours constitué des comptes de l’entreprise, sur les deux ou trois dernières années.

    Si les audits révèlent des ajustements sur les comptes et plus précisément sur les résultats, la valorisation en tient compte.

    La valorisation patrimoniale

    La valeur est déterminée à partir de l’actif net corrigé.

    Pour cela, l’évaluateur prend comme base de calcul les capitaux propres et analyse si les postes du bilan sont correctement évalués.

    L’objectif est de parvenir à une valeur vénale des éléments composant ...

    Voir la réponse
  • Quels sont les risques financiers ?
    La mariée est trop belle… ou son portrait trop flatteur !

    Acquérir une société revient à acquérir à la fois le contenu (le fonds de commerce, les clients, les marges à venir, etc.) et le contenant (la société, son compte bancaire, ses créances et dettes, etc.), donc le présent et le futur, mais aussi le passé !

    L’activité a été gérée auparavant par un ou plusieurs gestionnaires, parfois depuis l’origine de la société et, dans un grand nombre de situations aujourd’hui, la relation entre les cédants et certains clients ou fournisseurs majeurs est très forte.

    C’est notamment le cas des PME gérées par ...

    Voir la réponse
  • Se former, c’est dépassé ?
    La formation ne consiste pas uniquement à recevoir de l’information !

    En effet, suivre un cours magistral quand on est adulte avec un peu d’expérience professionnelle, c’est surement un peu désuet…. Quoique !

    Il y a deux enjeux essentiels à toute décision de formation, notamment celles destinées aux entrepreneurs :

    Challenger son projet et ses décisions Être conseillé !

     

    Challenger son projet et ses décisions Une formation, dans la plupart des cas, n’est pas individuelle.

    De manière volontaire, d’autres participants sont présents avec des objectifs en partie communs.

    Si l’animateur est professionnel, il fera réagir les participants, les incitera à s’exprimer, à échanger, à partager leur expérience.

    Dans certains cas, il s’agira même ...

    Voir la réponse
  • Comment rechercher une cible - Où trouver la cible idéale ?
    Choix de la cible

    Pour un repreneur qui n’est pas dans un projet de reprise d’entreprise familiale, ou d’une structure au sein de laquelle il a été salarié, c’est la première question qui se pose !

    Cette période dure souvent plusieurs mois, sachant que non seulement le choix est parfois compliqué à poser, mais qu’il est nécessaire qu’il soit, a minima, compliqué.

    En effet, dans la plupart des situations, il s’agit d’un projet de vie qui engage la famille, le conjoint et son activité professionnelle ainsi que les enfants et leurs études, quand il est question de choisir une région spécifique.

    C’est rarement la ...

    Voir la réponse
  • Le crédit d'impôt formation 2018
    Le crédit d’impôt formation : C’est quoi ?

    Il s’agit d’un remboursement d’impôt calculé sur le nombre d’heures que le dirigeant d’entreprise a consacré à sa formation.

    Même si l’impôt sur le revenu ou l’impôt sur les sociétés est nul, l’administration paie au contribuable ce crédit d’impôt.

    Il est très peu connu des gérants et présidents de sociétés et constitue un droit annuel ! Quelque soit son statut, un entrepreneur peut en bénéficier : président de SAS, gérant de SARL, entrepreneur individuel…sauf les auto-entrepreneurs.

    Quel est le montant du crédit d’impôt formation en 2018 ?

    Le montant remboursé par l’administration est égal au nombre d’heures de formation (plafonné à ...

    Voir la réponse
  • Les acteurs principaux pour accompagner le repreneur d'entreprise
    Quels professionnels ? Ne pas se limiter

    Se limiter aux deux professions du chiffre et du droit n’est pas suffisant et comporte même des risques.

    Apprécier l’opportunité d’un projet de reprise ne consiste pas uniquement à se protéger sur des sujets juridiques et financiers, et à être certain que la société soit payée ce qu’elle semble valoir.

    Deux autres intervenants nous semblent devoir être mobilisés et ce, idéalement, dès la cible identifiée ou celle sur laquelle un intérêt fort peut être marqué.

    Ils ont pour vocation à réduire deux risques majeurs dans une reprise d’entreprise : le risque managérial et le risque digital.

    Risque managérial

    Le dirigeant ...

    Voir la réponse
  • Les acteurs principaux pour accompagner le repreneur d'entreprise
    Quels professionnels ?

    Reprendre une entreprise, quels que soient le statut juridique et la taille de la cible, suppose un accompagnement spécifique qui n’est pas uniquement guidé par le « je ne veux pas me faire avoir ». Cette première motivation est tout à fait légitime.

    Une partie du rôle des intervenants extérieurs réside principalement en la mise en place d’outils de contrôle de ce qui a été dit et négocié, et leur mission consiste à protéger le repreneur de risques inhérents à l’entité reprise, mais pas uniquement !

    De manière évidente, il est d’usage de nommer deux professions qui interviennent systématiquement dans ...

    Voir la réponse
  • Qu'appelle-t-on "reprise d'un fonds de commerce" ?
    Qu’est ce que le fond de commerce ?

    Le fonds de commerce constitue le contenant de la société dont l’activité intéresse l’acquéreur.

    Il s’agit donc des éléments permettant d’exploiter l’activité, tels que le nom de la marque, du produit ou des services vendus et l’ensemble des contrats nécessaires à cette exploitation.

    Le fonds de commerce ne comprend pas la société utilisée par le cédant ni son compte bancaire (et donc n’intègre pas la trésorerie au jour de la cession), les créances sur les clients, ni les dettes vers les fournisseurs ou l’État (charges sociales ou fiscales dues par la société).

    Cette forme de reprise ...

    Voir la réponse
  • Les acteurs de la reprise d'entreprise
    Marquer sa fonction

    Même si le repreneur connaît à la perfection le secteur d’activité dans lequel il évolue, il change de travail ou, plus précisément, il adjoint à son métier la dimension de dirigeant qui comprend du travail administratif, de la réflexion stratégique… et bien entendu du management et des décisions fortes.

    Dès les premiers jours de la transmission, le nouveau dirigeant doit marquer sa fonction, non pour écraser ses collaborateurs ou flatter son ego, mais parce qu’une entreprise a besoin de managers forts, particulièrement dans des périodes de transition et de questions.

    Poursuivre la prise de connaissance détaillée de son entreprise

    La phase ...

    Voir la réponse
  • Il y a de l’immobilier dans la cible : comment faire ?
    L’intérêt d’un bien immobilier

    Il est très intéressant de penser à être propriétaire de son bien immobilier quand on gère une entreprise et qu’elle a besoin de locaux pour exercer son activité.

    En effet, l’entrepreneur ou le repreneur bénéficie à la fois de l’effet de levier de l’emprunt et d’un intérêt fiscal.

    Le plus souvent, sans payer plus (ou à peine) que le loyer indispensable pour son activité, au bout d’une quinzaine d’années en moyenne, il est propriétaire d’un bien immobilier.

    La rentabilité d’un tel bien est souvent supérieure aux biens destinés à l’habitation.

    De l’immobilier dans la même société que la cible : intéressant ...
    Voir la réponse
  • Que faire du compte courant du cédant ?
    Définition du compte courant

    Le compte courant d’associé est une dette inscrite dans les comptes de la société, suite au versement par un ou plusieurs associés d’une somme d’argent – par exemple – sur le compte bancaire de la société.

    En pratique, l’associé prête de l’argent à sa société.

    La grande différence entre capital et compte courant d’associé réside dans sa liquidité, c’est-à-dire sa capacité à être remboursé : le capital est remboursé aux associés le jour de la dissolution de la société, alors que le compte courant d’associé peut être (sauf disposition contraire dans les statuts ou via une décision prise en assemblée générale) ...

    Voir la réponse
  • Le crédit vendeur : est-ce intéressant ?
    Modalités pratiques

    Dans les actes de cession d’actions (et préalablement dans le protocole de cession), il est prévu qu’une partie du prix sera réglée à une échéance différée et que cela constitue un crédit accordé par le cédant.

    Il ne s’agit pas d’une cession progressive des actions, mais d’une cession totale, pour laquelle l’intégralité du prix n’est pas versée au vendeur de manière immédiate.

    De manière habituelle, les achats de sociétés sont payés au comptant, et l’acquéreur emprunte au jour de la cession définitive.

    Les dispositions décidées entre le cédant et l’acquéreur devront idéalement être exposées (et donc signées) dès la lettre d’intention.

    La contrepartie ...

    Voir la réponse
  • Comment procéder à une revue juridique de la cible ?
    Qu’est ce qu’une revue juridique ?

    Une entreprise qui vend des produits ou des services et qui embauche du personnel pour répondre aux besoins de ses clients peut être analysée comme la succession d’un nombre très important d’actes juridiques.

    Le fondement de ces actes juridiques (prendre un bail pour les bureaux, embaucher des salariés et des contrats en alternance, définir des modalités de distribution de ses services, vendre sur Internet, etc.) est de l’ordre contractuel.

    Si le secteur professionnel de la société implique des règles d’exploitation strictes, telles que des normes d’hygiène ou des contraintes techniques, il appartient au repreneur soit de se ...

    Voir la réponse
  • Audit organisationnel : comment bien anticiper?
    Audit organisationnel : Pourquoi ?

    Le ou les cédants ont mis en place une organisation interne que le repreneur découvre au fur et à mesure, une fois les actes d’acquisition signés.

    Toutefois, il est essentiel de prendre connaissance des grands axes de l’organisation de la cible, notamment pour :

    anticiper les coûts à venir identifier des faiblesses susceptibles d’avoir une incidence sur la valorisation Anticiper les coûts à venir

    Les minima à connaître dans l’organisation résident dans la structure de personnel et les éventuels recours à des tiers pour effectuer des travaux ou des tâches liées à l’exploitation courante de l’activité.

    En fonction de la description de ...

    Voir la réponse
  • Sans chiffre d’affaires, combien me coûte ma société ?
    Les coûts

    Les coûts à analyser sont les suivants:

    Charges sociales Charges fiscales Coûts administratifs

    Voici un tableau de synthèse (les explications sont en dessous)

    Année 1 En SARL, EIRL et entrepreneur individuel (hors auto-entrepreneur) En SAS Charges sociales 1.000 € – Charges fiscales TVA Impôt sur les sociétésCFE Ce n’est pas un coût 0 € 0 € Ce n’est pas un coût 0 € 0 € Coût administratifs 1.000 € 1.000 € COUT TOTAL maximum 2.000 € 1.000 € Année 2 En SARL, EIRL et entrepreneur individuel (hors auto-entrepreneur) En SAS Charges sociales 1.000 € – Charges fiscales TVA Impôt sur les sociétésCFE Ce n’est pas un coût 0 € 400 € Ce n’est pas un coût 0 € 400 € Coût administratifs 1.000 € 1.000 € COUT TOTAL maximum 2.400 € 1.400 € Charges sociales

    En SAS, pas de rémunération = pas de charges sociales. Auto-entrepreneur : pas de chiffre d’affaires = pas ...

    Voir la réponse